Des militants en Espagne sortent de l’ombre la “violence obstétricale”

Alkorta a reçu un diagnostic de trouble de stress post-traumatique après son traitement dans un hôpital du nord de l’Espagne en 2012 et s’est tournée vers l’ONU, après avoir échoué devant les tribunaux espagnols.

Le Comité des Nations unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) a constaté en juillet qu’elle avait été victime d’une litanie d’interventions injustifiées équivalant à de la violence obstétricale, y compris une césarienne sans son consentement, les bras immobilisés et son partenaire interdit d’accès au chambre.

“Depuis le jugement, plus de 100 femmes m’ont contacté pour me dire que ce genre de chose leur était arrivé”, a déclaré à l’AFP Alkorta, aujourd’hui âgée de 36 ans et mère de trois enfants.

« On n’en parle pas à cause de la douleur qu’elle cause, à cause du sentiment de honte. Il y a une idée que c’est juste comme ça », a-t-elle déclaré.

La décision de la CEDAW décrit la violence obstétricale comme “la violence subie par les femmes lors de l’accouchement dans les établissements médicaux”, ajoutant qu’il s’agit d’un “phénomène généralisé et systémique”.

Il a déclaré que l’Espagne devrait indemniser Alkorta pour les dommages physiques et psychologiques et veiller à ce que les droits reproductifs des femmes soient protégés par les systèmes de santé et judiciaires.

La décision est intervenue alors que des militants de toute l’Europe sensibilisent à la violence obstétricale, qui est souvent méconnue.

Certaines associations médicales nationales en Europe contestent même le terme lui-même, affirmant qu’il ne peut pas être appliqué à leurs pratiques.

Mais Alkorta affirme : « Les femmes racontent une histoire différente.

La violence obstétricale fait référence aux dommages infligés pendant ou en relation avec la grossesse, la maternité et la période post-partum. (Photo par ANDER GILLENEA / AFP)

“A leur merci”

Alkorta a souffert de cauchemars, d’insomnie et de flashbacks après une épreuve qui a commencé lorsque ses eaux ont éclaté à 38 semaines.

Dans son hôpital public local de Saint-Sébastien, dans la région basque espagnole, elle a été induite par le médicament ocytocine, malgré des contractions et sans aucune raison médicale donnée, a-t-elle déclaré. Les réponses du personnel à ses questions sont devenues de plus en plus agressives, se souvient-elle.

Le lendemain de son admission, les gynécologues ont décidé d’accoucher par césarienne, sans lui demander son consentement et malgré qu’une sage-femme lui ait dit que son travail progressait, a-t-elle déclaré.

“Quand j’ai demandé une explication claire, ils ont juste dit qu’ils sortiraient le bébé et que ce serait fini dans 40 minutes”, a déclaré à l’AFP Alkorta, qui vit dans la ville basque de Zizurkil.

Les bras attachés, un protocole que certains hôpitaux suivent lors des accouchements par césarienne, et son mari interdit d’accès à la chambre, elle tremblait de peur. “Je me sentais complètement à leur merci”, a-t-elle déclaré à l’AFP. Alkorta n’a pas pu tenir son fils, qui était en bonne santé, pendant les premières heures de sa vie.

Il y a un manque de données complètes mesurant la violence obstétricale en Europe, mais les groupes de défense affirment que les femmes se voient régulièrement refuser un consentement éclairé, sont soumises à un comportement grossier et dégradant de la part du personnel médical et, dans certains cas, à des pratiques dangereuses.

Une récente pétition «Stop à la violence obstétricale» en Serbie a recueilli 70 000 signatures en cinq jours, appelant l’État à couvrir le coût d’une personne accompagnant une femme dans la salle d’accouchement – actuellement, certains hôpitaux publics serbes exigent que la personne supplémentaire paie, même si cela est le partenaire de la femme.

“De nombreuses mères en Serbie préféreraient oublier le jour de leur accouchement car elles ont subi diverses formes de violence de la part du personnel médical”, indique la pétition, énumérant les insultes, les humiliations, les cris, la négligence et les erreurs médicales parmi les problèmes.

Certains pays d’Europe, dont l’Espagne et l’Italie, ont mis en place des observatoires de la violence obstétricale, mais les militants affirment que les cas judiciaires sont rares.

“Nous sommes approchés par de nombreuses mères qui ont subi un accouchement traumatisant, mais presque personne ne finit par porter plainte”, a déclaré à l’AFP Nina Gelkova, du groupe de campagne bulgare Rodilnitza.

“L’Etat ne reconnaît pas qu’un tel problème existe.”

Consentement et respect

Les observations soumises par l’Espagne au CEDAW dans le cadre de l’affaire Alkorta avertissaient qu’« une naissance « à la carte » n’existe pas » et étayaient les conclusions des tribunaux nationaux selon lesquelles l’hôpital n’était pas fautif.

Alkorta rétorque que ce pour quoi elle se bat ne doit pas être considéré comme un luxe.

“Je ne cherchais pas un accouchement ‘à la carte’, je cherchais un traitement humain”, a-t-elle déclaré à l’AFP.

“Je ne suis pas contre les interventions justifiées, je pense qu’elles sauvent de nombreuses vies, mais elles doivent toujours être faites avec consentement et respect.”

L’avocate Francisca Fernandez Guillen, qui travaille avec Alkorta depuis le début de son parcours juridique, a expliqué que les professionnels de la santé et même les proches des femmes peuvent minimiser les expériences traumatisantes lors de l’accouchement.

“Parfois, même le partenaire ou la famille conseille à la femme d’oublier ce qui s’est passé”, a déclaré Fernandez à l’AFP.

Cependant, certains médecins pensent que les attitudes changent.

Daniel Morillas, vice-président de la Fédération espagnole des associations de sages-femmes (FAME), a déclaré à l’AFP qu’au cours des 16 années où il a travaillé comme sage-femme, il a constaté une sensibilisation accrue aux droits de la mère et à son rôle de “participante active”. à l’accouchement, bien qu’il admette qu’il y a encore un long chemin à parcourir.

“La première chose que nous devons faire pour lutter contre la violence obstétricale, c’est de reconnaître qu’elle existe”, a-t-il déclaré à l’AFP.

“De nombreux médecins et sages-femmes reconnaissent déjà que cela se produit et essaient de changer les choses.”