Doves fly over the cenotaph dedicated to the victims of the atomic bombing during the ceremony marking the 77th anniversary of the world's first atomic bombing, at the Hiroshima Peace Memorial Park in Hiroshima, western Japan Saturday, Aug. 6, 2022.

Hiroshima jure d’interdire les armes nucléaires au 77e mémorial face à la menace russe

TOKYO– Hiroshima samedi s’est souvenu du bombardement atomique d’il y a 77 ans alors que des responsables, dont le chef des Nations Unies, ont mis en garde contre l’accumulation d’armes nucléaires et les craintes grandissent d’une autre attaque de ce type au milieu de la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

« Les armes nucléaires sont un non-sens. Ils ne garantissent aucune sécurité – seulement la mort et la destruction”, a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui s’est joint à la prière au parc de la paix d’Hiroshima.

“Trois quarts de siècle plus tard, nous devons nous demander ce que nous avons appris du nuage en forme de champignon qui a enflé au-dessus de cette ville en 1945”, a-t-il déclaré.

Les États-Unis ont largué la première bombe atomique au monde sur Hiroshima le 6 août 1945, détruisant la ville et tuant 140 000 personnes. Il a largué une deuxième bombe trois jours plus tard sur Nagasaki, tuant 70 000 autres. Le Japon s’est rendu le 15 août, mettant fin à la Seconde Guerre mondiale et à près d’un demi-siècle d’agression du Japon en Asie.

Les craintes d’un troisième bombardement atomique ont grandi au milieu des menaces d’attaque nucléaire de la Russie depuis le début de sa guerre contre l’Ukraine en février.

Le maire d’Hiroshima, Kazumi Matsui, dans sa déclaration de paix, a accusé Poutine “d’utiliser son propre peuple comme instrument de guerre et de voler la vie et les moyens de subsistance de civils innocents dans un autre pays”.

La guerre de la Russie contre l’Ukraine contribue à renforcer le soutien à la dissuasion nucléaire, a déclaré Matsui, exhortant le monde à ne pas répéter les erreurs qui ont détruit sa ville il y a 77 ans.

Samedi, les participants, dont des chefs de gouvernement et des diplomates, ont observé une minute de silence avec le son d’une cloche de la paix à 8h15, heure à laquelle le B-29 américain a largué la bombe sur la ville. Environ 400 colombes, considérées comme des symboles de paix, ont été lâchées.

La Russie et son allié la Biélorussie n’ont pas été invités au mémorial de la paix de cette année. L’ambassadeur de Russie au Japon, Mikhail Galuzin, a offert jeudi des fleurs à une épitaphe commémorative dans le parc et a déclaré aux journalistes que son pays n’utiliserait jamais d’armes nucléaires.

Le monde continue d’être menacé par les armes nucléaires, a déclaré le Premier ministre japonais Fumio Kishida lors du mémorial.

“Je dois élever la voix pour appeler les peuples du monde entier à ce que la tragédie de l’utilisation des armes nucléaires ne se reproduise jamais”, a-t-il déclaré. “Le Japon suivra son chemin vers un monde sans armes nucléaires, aussi étroit, raide ou difficile soit-il.”

Kishida, qui accueillera une réunion au sommet du Groupe des Sept en mai prochain à Hiroshima, a déclaré qu’il espérait partager son engagement avec d’autres dirigeants du G7 “devant le monument de la paix” pour les unir afin de protéger la paix et l’ordre international fondé sur les valeurs universelles de liberté et démocratie.

Matsui a critiqué les États dotés d’armes nucléaires, dont la Russie, pour ne pas avoir pris de mesures malgré leur engagement à respecter les obligations en vertu du Traité sur la non-prolifération nucléaire.

“Plutôt que de traiter un monde sans armes nucléaires comme un rêve lointain, ils devraient prendre des mesures concrètes pour sa réalisation”, a-t-il déclaré.

Les critiques disent que l’appel de Kishida pour un monde sans nucléaire est creux parce que le Japon reste sous le parapluie nucléaire américain et continue de boycotter le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

Kishida a déclaré que le traité, qui manque des États-Unis et d’autres puissances nucléaires, n’est pas réaliste pour le moment et que le Japon doit combler le fossé entre les puissances non nucléaires et nucléaires.

De nombreux survivants des bombardements ont subi des blessures et des maladies résultant des explosions et de l’exposition aux radiations et sont victimes de discrimination au Japon.

Le gouvernement a commencé à fournir un soutien médical aux survivants certifiés en 1968 après plus de 20 ans d’efforts de leur part.

En mars, 118 935 survivants, dont l’âge moyen dépasse désormais 84 ans, sont certifiés éligibles à l’aide médicale gouvernementale, selon le ministère de la Santé et du Bien-être. Mais beaucoup d’autres, dont ceux qui se disent victimes de la “pluie noire” tombée en dehors des zones initialement désignées, sont toujours sans soutien.

.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.