La junte malienne critique l’attitude “néocoloniale et condescendante” de Macron

Publié le:

Dimanche, le gouvernement malien dirigé par l’armée a exhorté le président français Emmanuel Macron à abandonner son attitude “néocoloniale et condescendante” alors que les relations se détériorent davantage entre Paris et Bamako.

La France reconfigure sa posture au Sahel après s’être brouillée avec la junte militaire au Mali, épicentre d’une sanglante campagne jihadiste vieille de 10 ans dans la région.

Le Mali a subi des coups d’État en août 2020 et mai 2021, créant une crise politique qui coïncide avec une crise sécuritaire en cours.

La France est intervenue pour la première fois au Mali en 2013 pour combattre une insurrection djihadiste survenue un an auparavant, mais plus tôt cette année, Paris a annoncé qu’elle retirerait ses forces.

“Le gouvernement de transition demande au président Macron d’abandonner définitivement sa posture néocoloniale, paternaliste et condescendante pour comprendre que personne ne peut mieux aimer le Mali que les Maliens”, a déclaré le porte-parole, le colonel Abdoulaye Maiga, à la télévision publique.

Maiga répondait au nom de la junte après les propos de Macron lors d’une visite de trois jours au Bénin, au Cameroun et en Guinée-Bissau la semaine dernière.

Se référant à la situation actuelle au Mali, Macron a déclaré que les nations d’Afrique de l’Ouest avaient la responsabilité de veiller à ce que le peuple malien puisse “exprimer la souveraineté du peuple” et “construire un cadre de stabilité” pour permettre la “lutte efficace contre les groupes terroristes”. .

Macron a également évoqué un accord présumé entre le régime malien et la société de sécurité privée russe Wagner qui a été un facteur crucial poussant Paris à retirer ses 2 400 soldats.

Bamako dément tout déploiement du groupe controversé Wagner.

Lors de sa visite au Bénin mercredi, Macron a qualifié la Russie de “l’une des dernières puissances coloniales impériales” pour son invasion de l’Ukraine.

Le Mali est depuis 2012 secoué par une insurrection de groupes liés à Al-Qaïda et au groupe dit État islamique.

La violence qui a commencé dans le nord s’est propagée au centre et au Burkina Faso et au Niger voisins.

(AFP)

.