La justice européenne confirme l’interdiction du diffuseur Russia Today

L’interdiction n’a pas enfreint le “droit à la liberté d’expression”, car elle couvrait la “diffusion de propagande” en soutien à l’agression militaire de la Russie par un média entièrement financé par l’État russe, a déclaré le tribunal dans son verdict de mercredi 27 juillet.

Il était dans “l’intérêt général” car il visait à “protéger l’ordre public et la sécurité de l’Union, qui sont menacés par la campagne de propagande systématique mise en place par la Fédération de Russie”, a déclaré le tribunal.

Elle était également “proportionnée” compte tenu de l’importance des enjeux et du caractère “temporaire et réversible” de l’injonction de diffusion, a ajouté le tribunal.

L’interdiction de l’UE, promulguée le 1er mars, a été contestée par RT France, qui a également affirmé que le Conseil de l’UE n’avait aucune compétence en la matière et avait ignoré son “droit d’être entendu” avant d’aller de l’avant.

Mais le tribunal a déclaré que, étant donné que Russia Today et RT France diffusaient dans toute l’UE, les mesures de contre-propagande “peuvent être mieux réalisées au niveau de l’UE qu’au niveau national”.

Et il a ajouté que, puisque Russia Today menait la guerre au fur et à mesure qu’elle se déroulait, “la mise en œuvre immédiate de mesures” était plus importante que d’écouter les arguments de RT France.

Le verdict du Tribunal est intervenu quatre mois et 19 jours seulement après le dépôt de la plainte dans le cadre d’une “procédure accélérée”, alors que les affaires normales mettent des années à se conclure.

Mais RT France a déclaré qu’elle ferait appel de la décision devant la plus haute juridiction de l’UE, la Cour de justice.

“La confirmation par le tribunal de cette interdiction générale (…) montre malheureusement que le pouvoir judiciaire de l’Union européenne ne peut pas ou ne veut pas s’opposer au pouvoir politique”, a déclaré la présidente de RT France, Xenia Fedorova.

Dmitry Peskov, le porte-parole du Kremlin, a également juré des représailles contre les médias européens en Russie.

“Essentiellement, RT a été bloquée et ne peut pas opérer en Europe. Les Européens piétinent leurs propres idéaux”, a-t-il déclaré.

“Bien sûr, nous prendrons des mesures de pression similaires sur les médias occidentaux qui opèrent dans notre pays”, a-t-il ajouté.

De nombreux médias étrangers ont quand même quitté la Russie après avoir menacé les journalistes de 15 ans de prison s’ils ne respectaient pas les règles du Kremlin décrivant la guerre contre l’Ukraine comme une “opération militaire spéciale”.

Le principal syndicat néerlandais des journalistes, la Nederlandse Vereniging van Journaliste (NVJ), et des groupes de défense des droits tels que Bits of Freedom, ont lancé une action en justice distincte contre l’interdiction de l’UE en mai.

“Vous punissez les Européens en ne les traitant pas comme des adultes”, avait alors déclaré Thomas Bruning de la NVJ.