Le mois de juillet le plus sec jamais enregistré fait craindre une pénurie de récoltes européennes

Le mois de juillet le plus sec jamais enregistré fait craindre une pénurie de récoltes européennes

Publié le:

Alors qu’une grande partie de l’Europe cuit dans une troisième vague de chaleur depuis juin, les craintes grandissent que la sécheresse extrême provoquée par le changement climatique dans les pays du grenier du continent n’affecte les rendements agricoles stables et n’aggrave la crise du coût de la vie.

La Commission européenne a exhorté mercredi les États membres de l’UE à réutiliser les eaux usées urbaines traitées pour l’irrigation des fermes desséchées du continent, après que la France et certaines parties de l’Angleterre ont connu leur mois de juillet le plus sec jamais enregistré.

En France, où une intense sécheresse a frappé les agriculteurs et entraîné des limites généralisées à l’utilisation de l’eau douce, il n’y a eu que 9,7 millimètres (0,38 pouce) de pluie le mois dernier, a déclaré Météo France.

C’était 84% de moins que les niveaux moyens observés pour juillet entre 1991 et 2022, ce qui en fait le mois le plus sec depuis mars 1961, a ajouté l’agence.

Les agriculteurs de tout le pays signalent des difficultés à nourrir le bétail en raison des prairies desséchées, tandis que l’irrigation a été interdite dans de vastes zones du nord-ouest et du sud-est en raison de pénuries d’eau douce.

Le ministre de l’Environnement, Christophe Bechu, a déclaré que les précipitations de juillet représentaient “seulement 12% des besoins”.

La France est le quatrième exportateur de blé et l’un des cinq premiers exportateurs de maïs au monde. Les mauvaises récoltes dues à la sécheresse pourraient accroître la pression sur les approvisionnements en céréales après que l’invasion de l’Ukraine par la Russie a provoqué des ondes de choc mondiales.

“Notre système alimentaire est sous pression depuis un certain temps, et avec les problèmes d’approvisionnement de l’Ukraine, cela n’a fait qu’empirer”, a déclaré Shouro Dasgupta, économiste environnemental au Centre euro-méditerranéen sur le changement climatique.

“Ces vagues de chaleur s’ajoutent aux sécheresses et verront les cultures se flétrir plus rapidement.”

Dasgupta a déclaré que la chaleur extrême provoquée par le changement climatique contribue également à l’inflation des prix alimentaires pour les consommateurs et à des conditions plus difficiles pour les producteurs.

“Les sécheresses et les vagues de chaleur ont un impact sur les moyens de subsistance des gens. Les gens seront moins en mesure de se nourrir”, a-t-il déclaré à l’AFP.

“Et pendant les vagues de chaleur, les travailleurs extérieurs ne peuvent travailler que moins d’heures, ce qui a des effets en cascade sur l’approvisionnement.”

“Les systèmes alimentaires ne fonctionnent pas”

Le Met Office britannique a déclaré cette semaine qu’une grande partie du sud et de l’est de l’Angleterre avait connu son mois de juillet le plus sec jamais enregistré.

Certains fournisseurs d’eau ont déjà annoncé des restrictions affectant des millions de personnes, et les producteurs de fruits et légumes ont annoncé plusieurs pertes de récoltes telles que les haricots et les baies.

L’inflation britannique a atteint son plus haut niveau en 40 ans en juin en raison de la hausse des prix du carburant et des denrées alimentaires.

Elizabeth Robinson, directrice de l’Institut de recherche Grantham sur le changement climatique et l’environnement de la London School of Economics, a déclaré que la flambée des prix des aliments – aggravée par les pertes dues à la chaleur en Europe et en Grande-Bretagne – était un signe que “les systèmes alimentaires ne sont pas travailler pour les gens.”

“Il y a des conversations à long terme et difficiles à avoir, en particulier sur le gaspillage alimentaire et le détournement des céréales de la nourriture pour que les gens nourrissent les animaux”, a-t-elle déclaré à l’AFP.

En Espagne, déjà desséchée par une vague de chaleur prolongée, les températures dépasseront les 40°C dans plusieurs régions cette semaine.

La chaleur aggrave les pénuries d’eau qui pèsent sur l’agriculture espagnole depuis l’hiver dernier, avec des restrictions locales sur l’utilisation de l’eau dans les régions les plus touchées.

Le gouvernement a déclaré cette semaine que les réservoirs espagnols n’atteignaient qu’une capacité de 40,4 %.

Juan Carlos Hervas, du syndicat des agriculteurs COAG, a déclaré à l’AFP que la récolte d’olives espagnoles sur des terres non irriguées représentera moins de 20% de la moyenne des cinq dernières années.

L’Espagne fournit près de la moitié de l’huile d’olive mondiale.

“La pire sécheresse de ce siècle”

Le Portugal, où les températures ont encore franchi la barre des 40°C cette semaine, connaît “la pire sécheresse de ce siècle”, a averti le mois dernier le ministre de l’Environnement, Jose Duarte Cordeiro.

Le Portugal et la Pologne ont demandé à leurs citoyens de réduire leur consommation d’eau pour alléger la pression.

“Les autorités de l’eau à travers l’Europe ne sont pas préparées à ce que les scientifiques disent depuis trois décennies”, a déclaré Dasgupta. “Une incidence élevée de vagues de chaleur frappera l’approvisionnement en eau”.

La Commission européenne, dans une évaluation mise à jour le mois dernier, a constaté que près de la moitié – 44% – de l’UE et de la Grande-Bretagne connaissaient actuellement des niveaux “d’avertissement” de sécheresse.

Il a averti que des niveaux d’humidité du sol exceptionnellement bas signifiaient que plusieurs pays, dont la France, la Roumanie, l’Espagne, le Portugal et l’Italie, connaîtraient une réduction du rendement des cultures en 2022.

“Les prévisions défavorables pour les mois à venir pourraient compromettre l’approvisionnement en eau et maintiendront probablement la concurrence pour cette ressource à un niveau élevé”, a-t-il déclaré.

Un bulletin séparé de l’UE, également publié le mois dernier, indiquait que les rendements européens de soja, de tournesol et de maïs étaient déjà inférieurs de 9 % à la moyenne.

Mercredi Virginijus Sinkevicius, commissaire européen chargé de l’environnement, de la pêche et des océans. a exhorté les pays de l’UE à réutiliser davantage ses eaux usées.

“Nous devons arrêter de gaspiller l’eau et utiliser cette ressource plus efficacement pour nous adapter au changement climatique et assurer la sécurité et la durabilité de notre approvisionnement agricole.” il a dit.

(AFP)

.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.