Le Premier ministre irakien convoque une réunion de hauts responsables politiques pour mettre fin à la crise

BAGDAD — Le Premier ministre irakien par intérim a convoqué mercredi une réunion de hauts dirigeants politiques et de représentants de partis, cherchant une issue à une crise de plusieurs mois au milieu d’une lutte de pouvoir entre des blocs chiites rivaux. Mais le parti de l’influent religieux chiite Muqtada al-Sadr n’a pas assisté au rassemblement.

L’absence du bloc d’al-Sadr a effectivement sapé les efforts du Premier ministre par intérim Mustafa Al-Kadhimi pour résoudre la crise de 10 mois.

Al-Sadr et ses rivaux politiques, les groupes chiites soutenus par l’Iran, sont en désaccord depuis les élections législatives de l’année dernière. Al-Sadr a remporté la plus grande part des sièges lors du vote d’octobre, mais n’a pas réussi à former un gouvernement majoritaire.

Son bloc a par la suite démissionné du parlement et ses partisans ont pris d’assaut le mois dernier le bâtiment du parlement à Bagdad. Al-Sadr a exigé la dissolution du parlement et la tenue d’élections anticipées.

Les dirigeants des groupes chiites soutenus par l’Iran, les blocs politiques sunnites et kurdes d’Irak et le chef du Haut Conseil judiciaire du pays ont assisté à la réunion de mercredi, tout comme la représentante spéciale de l’ONU, Jeanine Hennis-Plasschaert.

Après la réunion, un communiqué du bureau d’al-Kadhimi a indiqué que les discussions se sont concentrées sur les solutions possibles à la crise politique, donnant la priorité au maintien de la paix entre les Irakiens. Mercredi dernier, Al-Sadr a donné au pouvoir judiciaire une semaine pour dissoudre la législature, ce à quoi il a répondu en disant qu’il n’avait pas le pouvoir de dissoudre le parlement.

Samedi, il a appelé ses partisans à être prêts à organiser des manifestations massives dans tout l’Irak, mais les a ensuite reportées indéfiniment après que des groupes soutenus par l’Iran ont appelé à des rassemblements similaires le même jour, affirmant qu’il voulait préserver la paix et que “le sang irakien est inestimable”. à lui.

Les rivaux chiites d’Al-Sadr du Cadre de coordination, une alliance de partis soutenus par l’Iran, ont déclaré plus tôt que le parlement devrait se réunir pour se dissoudre.

.

Laisser un commentaire