Les Blue Jays font des mouvements mesurés et sensibles pour s’améliorer. Mais sera-ce suffisant ?

ST. PETERSBOURG, Floride. – Personne ne chasse le gros gibier à la date limite des échanges comme AJ Preller et les Padres de San Diego.

Considérez un instant l’ambition audacieuse qu’il faut non seulement se concentrer sur Juan Soto et le retirer des Nationals de Washington avec l’un des packages de perspectives les plus riches jamais changés de mains, mais aussi ajouter Josh Hader, Josh Bell et Josh Bell. Brandon Drury pour faire bonne mesure.

Simplement épique. audacieux audacieux Courageux. Peut-être même un peu téméraire. N’hésitez pas à creuser dans votre thésaurus pour en savoir plus. N’importe lequel de ces adjectifs, et plus encore, convient.

Les Blue Jays de Toronto, en revanche?

L’adjectif qui revient sans cesse à l’esprit ici pour décrire leur échéance commerciale des releveurs Anthony Bass et Zach Pop, le swingman Mitch White et, dans un étourdissement, l’utilitaire Whit Merrifield est responsable.

Mesuré et fonctionnel, les deux fonctionnent aussi, et il y a certainement de la place pour être décevant et décevant face à ce que des rivaux comme les Yankees de New York, les Mariners de Seattle, les Astros de Houston et les Twins du Minnesota ont accompli.

Mais cela ressemble à un délai très Blue Jays – des pièces compétentes pour répondre à divers besoins, des éléments pour le présent et l’avenir, une dépense confortable de valeur future, même si leurs non. 3 (Jordan Groshans), 13 (Nick Frasso), 14 (Max Castillo) et 23 (Samad Taylor) espoirs, selon le classement de mi-saison de Baseball America, ont été échangés.

Sensible sur sexy. L’anti-rebond complet.

“Il est intéressant pour nous de penser à renforcer notre jeune noyau de manière durable”, a déclaré le directeur général Ross Atkins lors d’un appel Zoom mardi soir avant que ses Blue Jays ne battent les Rays de Tampa Bay 3-1, ajoutant plus tard que, ” chacun des individus pourrait être ici pendant de longues périodes et nous en avons constaté d’énormes avantages. La continuité de ces gars qui sont ensemble et qui se soucient les uns des autres et qui sont spéciaux est importante pour nous. Nous y avons vu de la puissance, si exceptionnellement enthousiastes que nous avons pu nous aligner sur les acquisitions que nous avons faites.

Tout cela est valable, et il y a une dose de prise de risque dans l’intrigante acquisition de Merrifield, qui a raté la série des Royals de Kansas City à Toronto le mois dernier parce qu’il n’est pas vacciné et a déclenché une tempête de feu lorsqu’il a dit : « pourrait changer sur la route. (Si) quelque chose se passe et que je fais partie d’une équipe qui a la chance d’aller jouer au Canada et en séries éliminatoires, peut-être que cela changera.

Atkins a refusé d’entrer dans les détails, disant que puisque l’accord était trop récent et qu’il n’avait échangé que des plaisanteries avec Merrifield, “je ne vais pas commenter davantage ce processus pour lui et le laisser travailler avec sa famille.”

L’hypothèse est que les Blue Jays n’ont pas envoyé Castillo et Taylor aux Royals sur un acte de foi, il est donc raisonnable de penser qu’il prendra effectivement le coup. Mais le temps compte, car les voyageurs qui arrivent doivent avoir 14 jours d’avance sur la deuxième dose d’un vaccin accepté, ou le vaccin Johnson & Johnson à injection unique.

Par conséquent, même si Merrifield prenait J&J mercredi, il ne serait pas éligible pour entrer au Canada avant un homestand du 26 août qui commence avec les Angels de Los Angeles, bien qu’il puisse jouer en série aux Twins et Orioles plus tard cette semaine et la prochaine, et du 18 au 25 août, road trip à New York et Boston.

Le délai courrait jusqu’en septembre s’il prenait un vaccin à deux doses et suivait l’intervalle de 21 jours entre les injections.

De toute évidence, les Blue Jays sont prêts à vivre avec la perturbation à court terme pour un joueur également sous contrat l’année prochaine et ont une option de club de 18 millions de dollars en 2024 susceptible d’être rachetée pour 500 000 $ à la place.

Et l’ensemble de compétences que le joueur de 33 ans apporte aux Blue Jays de plusieurs façons, y compris les 76 matchs en carrière qu’il a disputés dans le champ central, ajoutant une autre couche de profondeur au cas où les problèmes de coude de George Springer nécessiteraient une absence à plus long terme à certains période.

“C’est un si bon joueur, d’abord et avant tout, très accompli avec une expérience incroyable”, a déclaré Atkins, qui a minimisé les inquiétudes concernant le coude de Springer, à propos de Merrifield. «La polyvalence, la capacité de contact, la vitesse, le fait de jouer à plusieurs positions, un baserunner incroyable, se sentent très bien avec lui à tant de positions différentes et cette polyvalence nous aidera sur la durée. Entre lui et Cavan (Biggio), Raimel (Tapia) et d’autres, on sent qu’on peut vraiment protéger et garder les gars, de temps en temps, hors d’état de nuire. En cas de blessure, nous sommes très bien couverts.”

Les principes derrière cette description s’appliquent également à White, Bass et Pop, fournissant une fortification collective à la liste actuelle plutôt que de construire sur une nouvelle aile à la fondation actuelle.

White, 27 ans, devient le No. 6 starter les Blue Jays manquaient et ne seront éligibles à l’agence libre qu’après la saison 2027, renforçant un groupe de départ manquant de profondeur triple A de soutien. Il devrait rejoindre le club de la grande ligue et peut également être utilisé pour aider à gérer la charge de travail d’Alek Manoah, qui est susceptible d’établir un nouveau total de manches en carrière jeudi, et des autres partants.

Le droitier – avec une MPM de 3,70 et un WHIP de 1 250 en 56 manches sur 15 matchs, dont 10 départs – devrait également contribuer hors de l’enclos des releveurs, le poussant dans un rôle de swingman laissé vacant par Ross Stripling lorsqu’il a remplacé Hyun Jin Ryu. en rotation.

“Il l’a certainement fait et je pense que c’est une évaluation juste”, a déclaré Atkins à propos de White. “On le voit de plus en plus dans le jeu aujourd’hui. Cela se résume vraiment à la capacité de commencer qui est si attrayante, quelqu’un qui peut faire cinq ou six manches, lancer 100 lancers, a la capacité de faire sortir les droitiers et les gauchers. L’arsenal pour le faire et l’athlétisme à tenir et la durabilité sont toutes des choses qui ne sont pas faciles à acquérir.

Les releveurs d’élite non plus, et les Blue Jays ont navigué sur un marché difficile en ajoutant Bass, qui fait partie de l’enclos des Blue Jays 2020, et Pop, le natif de Brampton, en Ontario.

Bien qu’ils soient soupçonnés d’avoir exploré des accords avec les Tigres pour certaines de leurs armes contrôlables et examiné, dans une certaine mesure, l’ajout d’enclos haut de gamme hors de caractère de Raisel Iglesias, qui doit 48 millions de dollars au cours des trois prochaines saisons et à la place sont allés à Atlanta, ils ont plutôt pris beaucoup moins de risques.

Bass, 34 ans, est un lanceur différent maintenant qu’il ne l’était en 2020, lançant un curseur avec un taux d’odeur de près de 41% près de 57% du temps, complété par sa balle rapide du milieu des années 90. Il jouera un rôle de mise en place aux côtés de Yimi Garcia, Adam Cimber et Tim Mayza et ajoutera une autre couche de protection au cas où quelque chose arriverait à rapprocher Jordan Romano.

Cette basse est également livrée avec une option de club de 3 millions de dollars, ce qui ne fait que le rendre plus adapté.

Pop, 25 ans, est sous contrôle contractuel pendant encore quatre saisons après celle-ci, et son profil de lanceur de frappe et de puissance crie en milieu de partie, un releveur de sortie d’un bourrage avec le potentiel de plus s’il peut mieux Armez un curseur pour compléter un appareil de chauffage qui se trouve à 96,5.

Le fait que les deux, ainsi qu’un joueur qui sera nommé plus tard, aient été acquis pour Groshans a incité un dépisteur rival à envoyer un texto incroyable, “ont-ils vraiment seulement abandonné Groshans pour ces deux bras?”

Les Blue Jays auraient très bien pu utiliser un autre bras de secours dominant et il y avait d’autres accords qu’ils auraient manqués. Une source de l’industrie a déclaré qu’ils étaient «au coude à coude» avec les Yankees pour Frankie Montas et Lou Trivino. Ils avaient un certain intérêt pour David Robertson, qui est allé aux Phillies de Philadelphie, et a été impliqué sur plusieurs autres fronts.

Mais dans un marché où l’offre a été écrémée par l’ajout de deux nouveaux spots génériques, le faire sans dépouiller le système agricole n’est pas rien.

Comme l’a dit le directeur général de Ray, Erik Neander, « Les équipes qui ne se sentent pas très à l’aise avec leurs chances, avec cette place de joker supplémentaire, vous ne voulez pas non plus tenir une saison pour acquise. Il semble que vous puissiez voir quelques pièces bouger, mais vous pourriez voir certains joueurs sous contrat d’agent libre que si cette place n’existait pas, vous pourriez voir partir, et peut-être que la barre pour les déplacer est un peu plus élevée. Vous ne voulez pas les échanger juste pour les échanger. Je pense que cette place supplémentaire garde quelques équipes de plus, mais nous aurons une meilleure idée au cours des prochains jours.”

Dans cet environnement, les Blue Jays sont allés lentement et régulièrement au lieu de choc et de crainte. Ils sont meilleurs et plus profonds. Que ce soit suffisant se jouera au cours des deux prochains mois, et si les choses se passent comme prévu, au-delà.