Les favoris de la droite italienne voient la possibilité de réorganiser le plan de relance national

L’eurodéputé Raffaele Fitto s’adresse à une session plénière du Parlement européen pour présenter un programme d’activités de la présidence française, la France assurant actuellement la présidence tournante de l’Union européenne. C’était à Strasbourg, en France, le 19 janvier 2022.

Le parti des Frères d’Italie est en pole position pour les élections du mois prochain et voit le potentiel de réviser certaines parties d’un programme d’investissement financé par l’UE pour aider l’économie à faire face à la hausse du coût de la vie et à la crise énergétique.

La démission du Premier ministre Mario Draghi a ouvert la porte à des élections anticipées le 25 septembre, des sondages montrant que l’alliance conservatrice d’extrême droite des Frères d’Italie est bien placée pour remporter la majorité au parlement.

L’Italie peut recevoir des prêts et des subventions de plus de 200 milliards d’euros (205,4 milliards de dollars) du fonds qui a été créé pour aider les 27 pays membres à se remettre de la pandémie de COVID-19.

Jusqu’à présent, l’UE a fourni des fonds pour un total de près de 67 milliards d’euros au gouvernement sortant. Rome doit désormais atteindre 55 objectifs supplémentaires au deuxième trimestre 2022 afin de mobiliser 19 milliards d’euros supplémentaires cette année, selon Raffaele Fitto, coprésident du groupe des Conservateurs et réformistes européens, – Frères d’Italie au Parlement européen.

Fitto a écrit que la guerre en Ukraine nous avait mis en tête avec des objectifs et des priorités différents de ceux que nous avions au moment de la rédaction du plan au début de 2021.

Il a déclaré que les règles de l’UE permettent aux membres de modifier leurs plans nationaux si certains jalons ou objectifs ne sont pas atteints.

Publicité

Fitto a déclaré que le plan national doit tenir compte de la hausse des prix de l’énergie ainsi que de l’augmentation des coûts des matériaux. Cela rendra plus difficile pour les entreprises de construction de travailler sur des projets publics.

Il a déclaré: “Nous ne voulons pas abandonner le plan actuel, mais nous … le rendons plus efficace pour assurer une croissance structurelle.”

Une source proche des Frères d’Italie, qui a requis l’anonymat, a déclaré que le parti ne risquerait aucun argent de l’UE.

Le gouvernement de Draghi avait auparavant exclu de renégocier son plan de relance national. En mai, il a alloué quelque 10 milliards d’euros jusqu’en 2026 pour faire face à la hausse du coût des matières premières.

(1 $ = 0,9737 €)

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles des EU Reporters.