Les procureurs belges ne feront pas appel des verdicts dans l’affaire des attentats de Paris

Publié le:

Les procureurs belges ont déclaré mardi qu’ils ne feraient pas appel des verdicts dans les affaires de 14 suspects basés en Belgique accusés d’avoir apporté leur soutien aux attentats djihadistes de novembre 2015 à Paris.

La décision confirme les jugements dans l’affaire belge, parallèlement à un procès français, malgré quatre acquittements et des peines de condamnés en deçà de celles demandées par les procureurs.

Paris attaque les bailleurs de fonds

“Le parquet fédéral a décidé de ne pas faire appel, le jugement est définitif”, a déclaré à l’AFP le porte-parole Eric Van Duyse.

Plus de 130 personnes ont été tuées dans les attentats à la bombe et aux armes à feu de 2015 contre des foules parisiennes devant un stade de football, dans des bars et une discothèque.

Le seul agresseur survivant, le Français de 32 ans Salah Abdeslam, a été condamné à la réclusion à perpétuité par les autorités françaises, mais certains des soutiens du groupe se trouvaient en Belgique.

Le 30 juin, un tribunal belge a condamné Abid Aberkane à trois ans avec sursis pour avoir fait héberger Abdeslam à Bruxelles alors qu’il était en fuite suite aux attentats de Paris.

Phrases

Abdoullah Courkzine, qui a aidé l’un des assaillants à fuir la banlieue de Saint-Denis au nord de Paris après les attentats, a été condamné à 30 mois de prison avec sursis.

Soufien Al Aroub, un ami d’Ahmed Dahmani qui a été condamné à 30 ans de réclusion lors du procès de Paris a été incarcéré pendant 18 mois – la peine privative de liberté prononcée en raison de condamnations antérieures.

Quatre autres accusés ont été acquittés, un a été emprisonné pendant seulement 35 jours et un autre a été condamné à des travaux d’intérêt général.

La défense était satisfaite des verdicts. L’avocat d’Aberkane a décrit sa condamnation avec sursis comme “une décision juste, très appropriée”

.