Les réductions d’impôts et autres avantages que la nouvelle loi espagnole sur les startups apportera aux entrepreneurs

La nouvelle loi espagnole sur les startups, que le gouvernement espagnol a annoncée pour la première fois en 2019, pourrait enfin entrer en vigueur en septembre 2022, comme l’a indiqué la ministre de l’Économie Nadia Calviño.

Pour la première fois, l’Espagne aura une loi visant directement les particularités des petites entreprises technologiques.

La nouvelle loi sur les startups espère attirer les entreprises étrangères, en facilitant le choix de l’Espagne par les startups en leur offrant des incitations telles que des réductions d’impôts.

Bien qu’il y ait encore un long chemin avant la publication du texte final de la loi sur les startups, et qu’il devra peut-être encore passer par plusieurs amendements, voici les dernières informations sur le projet de loi à ce jour et les avantages qu’il apportera.

Il n’y aura pas d’obligation de payer la cotisation de sécurité sociale des indépendants pour plusieurs activités

L’une des annonces les plus importantes est l’élimination de l’obligation de s’inscrire en tant qu’indépendant (autonome) dans le Régime Spécial des Travailleurs Indépendants (RETA) pendant trois ans, à condition que l’entrepreneur qui lance la startup soit à son tour embauché comme salarié par une autre entreprise.

C’est le cas de 25 000 travailleurs indépendants en Espagne qui combinent actuellement travail pour eux-mêmes et embauche par quelqu’un d’autre.

Dans l’ensemble, c’est une bonne nouvelle car les cotisations de sécurité sociale espagnoles sont parmi les plus élevées d’Europe à 294 € par mois, un montant qui devrait changer à partir de 2023.

LIRE LA SUITE : Les nouveaux taux d’imposition espagnols pour les travailleurs indépendants à partir de 2023

Les travailleurs indépendants auront trois chances de bénéficier de la nouvelle loi

L’échec d’une entreprise est quelque chose qui est envisagé pour la première fois dans un texte législatif en Espagne.

Le projet de loi startup va faciliter l’entreprenariat en série, c’est-à-dire qu’un indépendant qui a créé une entreprise, qui finalement ne fonctionne pas, peut réessayer et peut continuer à bénéficier des mêmes avantages. Plus précisément, les entrepreneurs sont autorisés à bénéficier de la loi sur les startups jusqu’à trois fois.

Amélioration du traitement fiscal des stock-options

Les options d’achat d’actions sont souvent une forme de rémunération du travail fréquemment utilisée dans les startups. Il consiste à offrir aux dirigeants ou aux salariés la possibilité d’acquérir des actions de l’entreprise dans laquelle ils travaillent. Concrètement, le montant de la défiscalisation passera de 12 000 € à 45 000 €.

De plus, l’impôt ne sera payé sur ces actions qu’au moment de leur vente ou lors de l’introduction en bourse de la société.

Déduction de l’impôt sur les sociétés à 15 %

Il offrira aux startups et aux investisseurs une réduction de l’impôt sur les sociétés de 25% à 15% actuellement.

L’élimination des obstacles à l’investissement étranger

L’un des principaux problèmes rencontrés par les investisseurs étrangers lorsqu’ils souhaitent investir dans une startup espagnole est la bureaucratie.

De ce fait, la nouvelle loi vise à supprimer l’obligation pour les investisseurs internationaux de demander un NIE (numéro d’identification d’étranger) pour mener à bien ce type d’action. Les investisseurs et leurs représentants n’auront qu’à obtenir les numéros d’identification fiscale espagnols (NIF).

Allégements fiscaux

La nouvelle loi comprend une série d’avantages fiscaux afin de rendre l’investissement national plus attractif.

L’assiette maximale de déduction pour investissement des entreprises nouvellement ou récemment créées passera de 60 000 € à 100 000 € par an et le type de déduction passera de 30 à 50 %.

La période pendant laquelle une entreprise est considérée comme “créée récemment” augmentera

La période considérée comme « récemment créée » pour les entreprises éligibles passera de 3 à 5 ans. Pour les entreprises biotechnologiques, énergétiques ou industrielles, la fourchette est encore plus large – 7 ans.

Qui pourra bénéficier de la nouvelle loi espagnole sur les startups ?

La loi sur les startups est ouverte à toute personne de l’UE ou de pays tiers, à condition qu’elle n’ait pas résidé en Espagne au cours des cinq années précédentes. Il leur permettra d’accéder à un visa spécial pour une durée maximale de cinq ans.

Ce visa sera ouvert aux cadres et salariés des startups, investisseurs et télétravailleurs, ainsi qu’à leurs fmembres de la famille.

Laisser un commentaire