Unions warn of

Les syndicats mettent en garde contre une “crise sans précédent” des soins d’urgence en France cet été

Depuis le 1er août, la France a mis fin à son état d’urgence lié au Covid, mis en place au début de la pandémie en mars 2020 et prolongé à plusieurs reprises. Au lieu de cela, le parlement a adopté un projet de loi prévoyant des mesures alternatives en cas de résurgence de la pandémie.

Voici ce qui a changé;

Confinements et couvre-feux – La nouvelle législation a supprimé la possibilité de nouvelles fermetures et couvre-feux sans vote parlementaire.

Bien que de telles mesures ne soient pas en vigueur depuis plusieurs mois, il était auparavant possible pour le gouvernement de mettre en place des mesures de confinement ou un couvre-feu, sans avoir besoin de l’accord du Parlement.

Le laissez-passer du vaccin – Cela aussi n’est pas en vigueur depuis plusieurs mois, mais comme pour les fermetures et les couvre-feux, le gouvernement devrait passer par le Parlement s’il souhaitait rétablir le laissez-passer vaccinal.

Le pass santé – le laissez-passer sanitaire (donnant la possibilité de montrer soit un certificat de vaccination, soit un test Covid négatif récent) a été exigé pour entrer dans les centres de santé ou les maisons de retraite, mais cela a pris fin le 1er août, il n’y a donc plus de lieu dans France qui exige soit un laissez-passer sanitaire, soit un laissez-passer vaccinal.

Le conseil scientifique – Depuis le dimanche 31 juillet, le conseil scientifique sur le Covid-19 et les comités de pilotage de la stratégie vaccinale ont été supprimés et remplacés par un nouveau comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires. Ces deux instances, sur lesquelles s’appuyait le gouvernement lors de la pandémie de Covid-19, ont été dissoutes lors de l’entrée en vigueur de l’état d’urgence.

Le nouveau comité sera composé de seize professionnels scientifiques ou de santé – encore à nommer – qui rendront des avis sur les stratégies pour tous les types de risques sanitaires, y compris les maladies infectieuses de l’homme et des animaux, les polluants environnementaux et alimentaires et le changement climatique.

Règles de masque – Depuis mai, les couvre-visages ont été «recommandés» plutôt que «obligatoires» dans les transports publics et ne sont restés obligatoires que dans les hôpitaux et autres centres de santé.

Depuis la fin de l’état d’urgence, le gouvernement ne peut plus exiger que les masques soient obligatoires dans les établissements de santé, mais les directeurs d’hôpitaux, les médecins ou les pharmacies peuvent exiger le port du masque.

L’AP-HP, les hôpitaux publics de Paris, ont décidé de maintenir l’obligation du port du masque dans leurs établissements.

Les entreprises individuelles peuvent établir des normes de code vestimentaire et exiger le masquage dans leurs locaux, mais le masquage général dans les espaces publics n’est plus nécessaire.

Toutefois, le port du masque obligatoire « pourrait être rendu à nouveau obligatoire sous la forme d’arrêtés ministériels ou préfectoraux, en fonction de l’évolution ou de la dégradation de la situation sanitaire ; si une nouvelle variante problématique du virus est identifiée », selon RFI.

VoyagerLa fin de l’état d’urgence signifie la fin de toutes les restrictions liées au Covid à la frontière.

Depuis le 1er août, les voyageurs en France – quel que soit le pays de départ – n’ont plus besoin de fournir ni preuve de vaccination ni test Covid négatif, ni attestation d’absence de symptômes Covid ni aucune justification de leur voyage. Fondamentalement, les voyages reviennent à ce qu’ils étaient avant la pandémie.

Le gouvernement s’est toutefois réservé le droit de rétablir le dépistage obligatoire du Covid-19 à la frontière en cas d’évolution de la situation sanitaire, par exemple l’apparition d’une nouvelle variante préoccupante.

Cela peut se faire si le ministre de la Santé a signalé sa nécessité et “après avis de l’autorité scientifique compétente” et ne nécessite pas un débat au Parlement pour s’imposer.

Le gouvernement maintiendra la possibilité d’effectuer des tests supplémentaires pour les personnes entrant ou sortant de France jusqu’au 31 mars 2023.

Test Covid-19 – Les tests Covid-19 resteront gratuits pour les résidents de France inscrits au système de santé français et ayant terminé leur programme de vaccination. Les visiteurs en France, les non-inscrits au système français ou les non-vaccinés devront payer un test – les prix sont plafonnés à 22 € pour un test antigène ou 54 € pour un test PCR. Les tests restent largement disponibles dans les pharmacies, les laboratoires médicaux et les centres de santé.

Auto-isolement – si vous êtes testé positif au Covid, vous êtes toujours obligé de vous isoler. La durée de votre période d’isolement dépend de votre statut vaccinal et du moment où vous testez négatif pour le virus – tous les détails ici.

Arrêt maladie – si vous êtes testé positif au Covid et que vous avez besoin d’un arrêt de travail, vous pouvez obtenir un ‘arrêt maladie‘ via la plateforme en ligne Ameli, la MSA ou votre prestataire de santé. Dans certaines situations, cela peut également s’appliquer à vous si vous êtes parent d’un enfant de moins de 16 ans ou d’une personne en situation de handicap qui doit s’isoler en raison du Covid-19.

vaccins – La vaccination contre le Covid-19 reste gratuite et ouverte à tous les adultes sans condition préalable.

Pour une quatrième dose (ou deuxième rappel), les personnes éligibles sont : les adultes de plus de 60 ans, les résidents des maisons de retraite médicalisées et des unités de soins de longue durée, les personnes immunodéprimées, les adultes âgés de 18 à 60 ans identifiés comme étant à risque de Covid-19, les femmes enceintes, dès le 1er trimestre de grossesse, et enfin les personnes vivant ou en contact régulier avec des personnes vulnérables ou immunodéprimées.

Pour les personnes âgées de 80 ans et plus, un numéro de téléphone demeure disponible pour les aider à organiser leur vaccination à domicile ou au cabinet d’un professionnel de la santé.

LIRE LA SUITE : EXPLIQUÉ : Qui est admissible à un deuxième rappel de vaccin Covid en France ?

outils de traçage – Plusieurs de ces ressources resteront en place jusqu’à l’an prochain. Premièrement, « Contact Covid », qui surveille et accompagne les personnes infectées, ainsi que celles avec lesquelles elles sont entrées en contact, sera prolongé jusqu’au 31 janvier 2023. Le système national d’information sur le dépistage (Sidep), qui centralise tous les résultats des tests, a été également prolongé, en l’occurrence jusqu’au 30 juin 2023.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.