Que signifie l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN pour l’avenir des innovations de l’OTAN ?

Le 18 mai, la Finlande et la Suède ont officiellement déposé une demande d’adhésion à l’OTAN – une décision résolument historique. Alors que les deux pays ont longtemps maintenu des positions militaires de non-alignement, l’invasion de l’Ukraine par la Russie les a conduits à réévaluer complètement leur position et leur avenir en matière de sécurité. De plus, l’invasion russe a créé un énorme changement dans l’opinion publique, la majorité des populations votant en faveur de l’adhésion à l’Alliance. La violation non provoquée des garanties de sécurité par la Russie a rendu le parapluie de sécurité de l’OTAN beaucoup plus attrayant pour la Finlande et la Suède, mais que signifie leur adhésion potentielle pour l’avenir des innovations de défense de l’OTAN ?

Aucun des deux pays n’est étranger à l’OTAN. Tous deux ont été impliqués dans un large éventail d’initiatives de coopération avec l’Alliance, partageant des valeurs et des objectifs communs. Avec des augmentations substantielles des dépenses de défense, des armées actives et des industries de défense, chaque pays apporte quelque chose d’unique à la table.

La Finlande partage une frontière avec la Russie qui s’étend sur plus de 1 300 kilomètres. Pour un pays non nucléaire, il doit maintenir des forces conventionnelles à jour pour assurer une dissuasion crédible. En fait, l’artillerie finlandaise est l’une des plus importantes d’Europe, avec la deuxième force terrestre.

La Finlande remplace l’équipement d’artillerie depuis 2014 dans le cadre du programme d’artillerie opérationnelle. Ces efforts assurent une modernisation continue des forces, prolongeant leur cycle de vie jusqu’aux années 2050 et ajoutant aux chars de combat Leopard et aux véhicules d’infanterie. La Suède, quant à elle, est fière de son armée de l’air de premier plan, soutenue par des avions de combat Gripen 39 et sa marine experte. Leur unité de flottille sous-marine renforcerait considérablement la présence de l’Alliance en mer Baltique et dans l’Arctique.

Un atout particulièrement intéressant est le cours de défense nationale finlandaise, qui est dédié aux dirigeants de diverses sphères de la société. Ils sont formés sur différents secteurs de la sécurité nationale du pays, ce qui leur permet de comprendre les besoins de la Finlande et, à leur tour, d’aider à orienter les décisions. Un exercice similaire au niveau de l’OTAN renforcerait certainement les performances des Alliés et leur coopération avec le secteur privé.

Industries de défense et R&D

En matière de potentiel d’innovation et de recherche et développement (R&D), les industries de défense des deux pays sont des atouts majeurs pour leur candidature à l’OTAN. Spécialisées et très opérationnelles, les industries alimentent les capacités nationales en techniques et équipements performants. Étant donné que l’industrie se compose principalement de petites et moyennes entreprises, la Finlande et la Suède peuvent donner des leçons à l’OTAN sur la coopération efficace entre les petites entreprises et les sphères publiques. Les industries sont non seulement très rentables, mais également compétitives au niveau international, exportant de grandes quantités de produits de haute qualité avec de longs cycles de vie. Leur objectif d’autosuffisance en matière de défense et de sécurité se traduit par des investissements importants en R&D. De plus, les équipements et technologies sont souvent conçus en fonction des besoins opérationnels spécifiques de chaque pays. Par exemple, les sous-marins suédois sont spécifiquement adaptés à la mer Baltique, en tenant compte de ses différentes couches de sel, ou archipels étroits.

Comme le suggère le rapport récemment publié par GLOBSEC sur les performances et les innovations de l’OTAN, l’OTAN peut échapper au fardeau géoéconomique croissant en poursuivant des investissements rentables dans les industries de défense et les technologies innovantes. Les deux pays sont connus pour privilégier les solutions innovantes et durables, essentielles à la préservation de la région arctique et de son climat. La performance et la rentabilité de ces industries découlent également de l’utilisation réussie de la technologie civile dans leurs productions militaires respectives.

Comme le recommande le rapport, établir des liens étroits avec le secteur privé et fonder ensuite les innovations en matière de défense sur cette coopération est une politique indispensable pour l’Alliance. La Finlande et la Suède respectant déjà ces lignes directrices, elles sont incontestablement précieuses pour l’avenir de l’innovation au sein de l’OTAN. En apportant des armées modernes, des industries de défense efficaces, un savoir-faire chevronné et une production basée sur les besoins militaires et les utilisateurs finaux, les deux pays nordiques peuvent pousser l’innovation de défense de l’OTAN en première ligne.

Parallèlement à l’augmentation des dépenses de défense dans plusieurs États membres de l’OTAN, cet élargissement pourrait mettre davantage l’accent sur la définition des besoins d’innovation de l’OTAN et contribuer à façonner un écosystème d’innovation plus résilient. Alors que le sommet de l’OTAN à Madrid approche à grands pas, beaucoup s’attendent à ce que le processus d’élargissement et les négociations soient finalisés. Cependant, le résultat le plus probable sera le gel de leur adhésion à l’OTAN. La Turquie a indiqué qu’elle ne percevait pas le sommet comme une date limite pour l’adhésion, de sorte que la question de savoir quand la Suède et la Finlande rejoindront est toujours en suspens. Étant donné que le sommet donne un élan aux solutions et stratégies innovantes à inclure en tant que pivot du septième concept stratégique, le fait de ne pas avoir la Suède et la Finlande comme membres valides est un inconvénient. Leur perception et leurs perspectives axées sur l’innovation en matière de sécurité et de défense pourraient manquer dans les résultats du sommet, car elles pourraient aider l’Alliance à améliorer ses performances en matière d’innovation.