Sur la sellette – VoxEurop

Juillet 2022 devrait battre des records européens de températures élevées et d’incendies : l’Europe de l’Ouest est en proie à une vague de chaleur qui a frappé le Portugal, l’Espagne et la France, et conduit à des conditions inédites en Irlande et au Royaume-Uni, avec des températures atteignant 40°C à l’ombre. Cette deuxième vague de chaleur, dans la foulée des températures élevées inattendues de juin, pourrait s’avérer pire que celle de 2003, qui avait fait près de 70 000 morts en Europe. En raison de la sécheresse et de la chaleur extrême, de graves incendies de forêt ont dévasté plusieurs régions de la péninsule ibérique, de la Grèce et de la France.

👉 Découvrez l’enquête Terre brûlée sur les feux de forêt en Méditerranée

Selon une étude publiée dans la revue scientifique La nature, l’Europe apparaît comme un “point chaud” pour les vagues de chaleur. Leur intensité et leur fréquence ont augmenté “trois à quatre fois plus vite” au cours des 42 dernières années que dans des régions à une latitude et une altitude comparables. Cette tendance découle de phénomènes naturels, tels que les variations des courants atmosphériques et océaniques, les interactions entre la terre, la mer et l’atmosphère, et la température de la mer. Cependant, c’est aussi le résultat du changement climatique dû aux émissions de gaz à effet de serre provenant de l’activité humaine. Ces émissions « augmentent l’intensité et la fréquence des vagues de chaleur et « peuvent affecter des variables naturelles ».


Recevez le meilleur du journalisme européen directement dans votre boîte de réception tous les jeudis