Les voitures sans conducteur ne devraient pas être une course
Les voitures sans conducteur ne devraient pas être une course

Je grince des dents lorsque la métaphore de « une course » est utilisée dans les discussions sur la technologie des véhicules autonomes.

Les entreprises développant la technologie des voitures pilotées par ordinateur, notamment Tesla, la société chinoise Baidu, et Waymo, une société sœur de Google, sont régulièrement décrites comme participant à une course de chevaux pour rendre les véhicules autonomes prêts à être utilisés à grande échelle. Certaines organisations politiques et élus américains parlent de la nécessité pour l’Amérique de faire preuve de “leadership” en battant la Chine dans le domaine de la technologie autonome.

Il y a des risques à avancer trop lentement avec une technologie qui pourrait améliorer la vie des gens, mais nous ne devrions pas accepter sans réserve le récit selon lequel une technologie qui prendra de nombreuses années à se développer – et pourrait avoir à la fois des avantages profonds et des pièges fatals – devrait être traitée comme une course.

Le danger est qu’un sentiment artificiel d’urgence ou un zèle pour « gagner » pourrait créer des risques de sécurité inutiles, donner aux entreprises la permission de monopoliser davantage de nos informations personnelles et donner la priorité à l’intérêt personnel des entreprises au détriment du bien public.

Lorsque vous lisez qu’une entreprise ou un pays accélère, se précipite, fait la course ou gagne dans un domaine technologique émergent, il est utile de s’arrêter et de se demander : pourquoi est-ce une course ? Quelles sont les conséquences potentielles de ce sentiment d’urgence ? A qui s’adresse ce message ?

La plupart des technologues en véhicules autonomes pensent maintenant qu’il faudra peut-être des décennies avant que les voitures pilotées par ordinateur soient monnaie courante. Un mois, un an ou deux ans de plus ne feront peut-être pas beaucoup de différence, et il n’est pas clair que toutes les courses valent la peine d’être gagnées.

Alors pourquoi ce récit sur les voitures autonomes existe-t-il ? Premièrement, les entreprises trouvent utile d’être perçues par leurs employés, leurs investisseurs, leurs partenaires commerciaux, les régulateurs et le public comme étant les mieux placées pour créer une technologie de transport pilotée par ordinateur sûre, utile et lucrative. Tout le monde veut rendre un gagnant.

Les pionniers ont une chance de dicter la direction d’une nouvelle technologie et de construire un réseau d’alliés commerciaux et d’utilisateurs.

Mais gagner une « course » technologique n’a pas toujours de sens. Apple n’a pas été la première entreprise à fabriquer un smartphone. Google n’a pas développé le premier moteur de recherche en ligne. Taiwan Semiconductor Manufacturing Company n’a pas produit la première puce informatique avancée. Ce sont des superstars de la technologie parce qu’ils l’ont fait (sans doute) le mieux, pas le premier.

Deuxièmement, le récit de la «course» ressemble à un gourdin pour persuader le public ou les élus d’agir plus rapidement avec les règles et règlements, de justifier ceux qui sont lâches ou d’exposer les gens à des risques inutiles pour «gagner».

Le Wall Street Journal a fait état la semaine dernière de préoccupations selon lesquelles l’entreprise de camionnage autonome TuSimple prenait des risques pour la sécurité avec la vie des gens « dans l’urgence de livrer des camions sans conducteur sur le marché ». Le Journal a rapporté qu’un camion équipé de la technologie TuSimple a soudainement dévié sur une autoroute de l’Arizona au printemps dernier et s’est enfoncé dans une barricade en béton. TuSimple a déclaré au Journal que personne n’avait été blessé et que la sécurité était sa priorité absolue.

Les voitures d’essai autonomes d’Apple ont heurté des trottoirs près du siège social de la société dans la région de la baie, et plus tôt cette année, l’une d’entre elles a failli s’écraser sur un jogger qui avait le droit de passage en traversant la rue, a rapporté The Information le mois dernier.

Les voitures sans chauffeur pourraient éventuellement rendre nos routes plus sûres, mais chacun de ces incidents nous a rappelé les menaces que ces entreprises représentent lorsqu’elles résolvent les problèmes des véhicules autonomes. Développer une application de streaming vidéo ne tue pas les gens.

“Nous laissons ces entreprises établir les règles”, m’a dit Cade Metz, un journaliste du New York Times qui écrit sur la technologie des véhicules autonomes.

Cade a suggéré une redéfinition du récit de la course. Au lieu d’essayer de gagner en généralisant les voitures sans conducteur, il pourrait y avoir une course pour diriger cette technologie dans l’intérêt public, a-t-il déclaré.

Caractériser la technologie émergente comme une “course” avec la Chine n’est pas génial non plus. Il y a des avantages si une entreprise américaine est la première à commercialiser une nouvelle technologie, mais il est également dangereux de tout traiter comme une concurrence de superpuissance.

Dans une interview l’année dernière avec Kara Swisher, qui animait à l’époque un podcast Times Opinion, la directrice générale de 23andMe, Anne Wojcicki, a déploré que les États-Unis soient “derrière” la Chine dans une “guerre de l’information qui se déroule en ce qui concerne la compréhension du génome humain”. ” Puis Swisher a demandé : « Est-ce une guerre que nous voulons gagner ?

Bonnes questions. Si la Chine collecte des quantités massives d’ADN de personnes, cela signifie-t-il que les États-Unis devraient le faire aussi ?

De plus, mettre autant l’accent sur les voitures sans conducteur peut également évincer les idées alternatives pour améliorer les transports.

La métaphore raciale dont nous avons besoin est peut-être tirée de la fable d’Ésope sur le lièvre et la tortue. Lentement, régulièrement, raisonnablement, avec une conscience aiguë des avantages et des inconvénients, c’est le moyen de gagner la course des voitures autonomes. (Mais ce n’est pas une course.)

conseil de la semaine

Samsung a dévoilé cette semaine un nouvel ensemble de téléphones pliables qui combinent des éléments de smartphones et de tablettes. Brian X Chenle chroniqueur de la technologie grand public pour le Times, nous fait part de ses goûts et (surtout) de ses aversions pour les téléphones pliables :

Les téléphones portables pliables sont essentiellement des smartphones avec une charnière pour s’ouvrir et se fermer comme un livre afin d’agrandir la taille de l’écran. Samsung affine cette technologie depuis des années, mais je reste généralement sceptique à ce sujet.

Voici mes impressions sur les avantages et les inconvénients des modèles précédents après les avoir testés il y a des années (en commençant par les inconvénients) :

les inconvénients

  • Une fois repliés, les téléphones pliables sont plus épais qu’un smartphone classique, ce qui ajoute du volume dans votre poche ou votre main.

avantages

Pour une prise similaire : David Pierce, un écrivain pour The Verge, a écrit que les téléphones pliants semblent être une excellente idée mais sont fâcheusement compromis.

  • C’est le crépuscule des garçons patrons de la Silicon Valley : Ma collègue Erin Griffith a expliqué pourquoi certains fondateurs de jeunes entreprises technologiques démissionnent. Surprise : Ce n’est pas si amusant de diriger une entreprise lorsque l’argent des investisseurs est plus difficile à trouver, que l’économie est difficile et que la réduction des coûts est plus cool que la “vision”. (Points bonus pour l’illustration scintillante de la licorne.)

  • Une mauvaise technologie gouvernementale est un symptôme, et non une cause, de dysfonctionnement : Le Washington Post a un reportage photo délicieux et exaspérant montrant la technologie désuète de l’IRS et la bureaucratie maladroite pour le traitement des déclarations de revenus. La cafétéria n’est qu’une mer de papier. (Un abonnement peut être nécessaire.)

  • Les drones amateurs partent en guerre : Les drones utilisés dans les zones de combat ne sont plus seulement des armes volumineuses et coûteuses. L’armée ukrainienne utilise également des drones amateurs adaptés dans des ateliers de fortune pour larguer des bombes et repérer des cibles d’artillerie, a rapporté mon collègue Andrew E. Kramer.

PERSONNE ne peut résister levrette Martha aux yeux suppliants.


Nous voulons de vos nouvelles. Dites-nous ce que vous pensez de ce bulletin et ce que vous aimeriez que nous explorions d’autre. Vous pouvez nous joindre au [email protected]

Si vous ne recevez pas déjà cette newsletter dans votre boîte de réception, veuillez vous inscrire ici. Vous pouvez également lire anciennes colonnes On Tech.

Le chinois Alibaba s'associe à son rival Tesla Xpeng pour des voitures sans conducteur
Le chinois Alibaba s’associe à son rival Tesla Xpeng pour des voitures sans conducteur

XPeng se concentre toujours sur l’augmentation des ventes de ses voitures électriques. Mais il s’est concentré sur la création de futures entreprises dans les voitures volantes et la robotique.

Qilaï Shen | Bloomberg | Getty Images

Le géant chinois du e-commerce Alibaba et la start-up de véhicules électriques Xpeng ouvrent un centre informatique pour former des logiciels pour les voitures sans conducteur, ont annoncé mardi les deux sociétés.

Les systèmes de conduite autonome nécessitent le traitement d’énormes quantités de données afin de former des algorithmes.

Xpeng affirme que le nouveau centre informatique réduira le temps de formation pour son modèle de conduite autonome de base de sept jours à moins d’une heure.

La société basée à Guangzhou utilisera la technologie de la division cloud d’Alibaba pour ses besoins informatiques. Le centre informatique appelé Fuyao sera situé dans la région de la Mongolie intérieure au nord de la Chine.

Alibaba, un investisseur dans Xpeng, a tenté de renforcer sa division de cloud computing dans un contexte de ralentissement de son activité commerciale principale. Cette décision met également en évidence la façon dont les géants chinois de la technologie tentent de se lancer dans l’espace à croissance rapide des véhicules électriques.

Tencent, par exemple, tente de se positionner comme l’entreprise technologique incontournable que les constructeurs automobiles étrangers peuvent utiliser pour divers services liés à la technologie automobile lorsqu’ils entrent sur le marché chinois.

Pour Xpeng, cette décision marque ses ambitions de prendre de l’avance sur le marché très concurrentiel des véhicules électriques en Chine et de tenter de défier les géants Tesla et BYD, soutenus par Warren Buffett. Les startups chinoises de véhicules électriques, de Nio à Xpeng, considèrent les fonctionnalités de conduite autonome comme un moyen d’y parvenir.

Xpeng dispose d’une assistance avancée à la conduite système, ou ADAS, appelé XPILOT installé dans certains de ses véhicules. Les utilisateurs qui optent pour cette fonctionnalité peuvent obtenir des fonctionnalités autonomes telles que le changement de voie automatique.

L’année dernière, Xpeng a lancé le City NGP, qui signifie pilote guidé par navigation. Le système permet aux voitures de Xpeng de changer de voie, d’accélérer ou de ralentir, ou de dépasser des voitures et d’entrer et de sortir des autoroutes. Auparavant, le système était conçu uniquement pour les autoroutes, mais il est désormais également conçu pour les villes.

Xpeng a essayé de se positionner davantage comme une entreprise technologique plutôt que comme un constructeur automobile et a investi dans des domaines tels que la robotique et le vol de drones passagers.

Les régulateurs chinois ont, pour la plupart, été assez encourageants pour la technologie de conduite autonome. Diverses villes à travers le pays ont également permis aux entreprises nationales de voitures sans conducteur de tester et même de lancer des services de robotaxi.

.