Pilot project on container cargo transportation by rail discussed in Baku (PHOTO)
Un projet pilote sur le transport de conteneurs par rail discuté à Bakou (PHOTO)

BAKOU, Azerbaïdjan, 8 août. Une réunion des opérateurs ferroviaires de la route multimodale internationale des pays d’Asie-Pacifique – Chine – Kirghizistan – Ouzbékistan – Turkménistan – Azerbaïdjan – Géorgie – Turquie – Europe s’est tenue à Bakou, rapporte Trend via ADY Container sous Azerbaïdjan Railways CJSC.

Le vice-président des chemins de fer d’Azerbaïdjan, Iqbal Huseynov, a parlé de la coopération conjointe entre les administrateurs des chemins de fer des pays participants dans le sens d’une augmentation de l’attractivité de l’itinéraire.

“Il est nécessaire de combiner les efforts pour attirer le fret sur la route, accélérer la solution opérationnelle des problèmes émergents”, a-t-il déclaré.

Au cours de la réunion, le projet pilote sur le transport par conteneurs du pays chinois Kashgar vers l’Europe par les opérateurs ferroviaires, représentant les six pays, a été discuté.

Une version d’essai de la plate-forme numérique, qui garantira une augmentation de l’efficacité du transport de marchandises le long du corridor, l’optimisation des opérations est prête. La mise en œuvre de la plate-forme développée par la société de manutention de fret UNISER, spécialisée dans ce domaine, en mode test commence », a expliqué Huseynov.

En outre, dans le cadre de la réunion, une discussion sur la page Web sur laquelle les informations sur l’itinéraire seront affichées, a eu lieu.

Les participants à la réunion ont souligné la nécessité de créer un consortium avec la participation des parties pour améliorer l’efficacité de l’itinéraire, et ont décidé de poursuivre les discussions dans ce sens.

La route multimodale internationale des pays d’Asie-Pacifique – Chine – Kirghizistan – Ouzbékistan – Turkménistan – Azerbaïdjan – Géorgie – Turquie – Europe a été créée en 2019 avec la participation des chemins de fer d’Azerbaïdjan CJSC et des structures ferroviaires nationales des pays respectifs.

.

Comment activer les mises à jour automatiques des conteneurs de Podman
Comment activer les mises à jour automatiques des conteneurs de Podman

Podman est une plate-forme de conteneurisation conforme à l’OCI qui est souvent utilisée à la place de Docker. Son modèle sans démon et son ensemble de fonctionnalités étendu en font un bon candidat pour une utilisation en développement et en production.

Dans cet article, nous montrerons comment utiliser le système de mise à jour automatique de Podman pour redémarrer vos conteneurs lorsque de nouvelles images sont publiées. Podman peut être configuré pour vérifier périodiquement les mises à jour, extraire la dernière image et recréer les conteneurs concernés en utilisant leurs paramètres actuels.

Pourquoi mettre automatiquement à jour les conteneurs ?

Les conteneurs ont souvent une durée de vie courte mais ils doivent tout de même être régulièrement entretenus. Une vulnérabilité critique à l’intérieur d’une image pourrait donner aux attaquants un pied dans votre application qui est exploitée dans les heures suivant sa découverte.

Les technologies de conteneurs les plus populaires nécessitent que vous mettiez à jour manuellement vos conteneurs. Cela oblige les équipes opérationnelles à s’abonner aux annonces de publication et à créer des outils qui déploient de nouvelles modifications.

Le système de mise à jour de conteneur intégré de Podman relève ce défi et maintient les charges de travail à jour. Les conteneurs peuvent être rapidement mis à jour une fois que vous avez poussé de nouvelles versions d’image, ce qui vous assure que vos déploiements exécutent les derniers correctifs et corrections de bogues.

Activation des mises à jour automatiques

Les mises à jour automatiques sont activées pour un conteneur en définissant le paramètre io.containers.autoupdate étiquette lors de sa création.

$ podman run -d -p 8080:80 
    --name nginx-container 
    --label io.containers.autoupdate=registry 
    docker.io/library/nginx:latest

L’étiquette peut avoir deux valeurs possibles :

  • registry – Lors des vérifications de mise à jour, Podman contactera le registre d’images pour vérifier si la balise utilisée par votre conteneur a une nouvelle version disponible. L’image sera extraite et votre conteneur redémarré si tel est le cas. Les mises à jour du registre ne fonctionnent que lorsque vous utilisez un chemin de registre complet – le docker.io/library/nginx:latest référence ci-dessus est intentionnelle, car nginx:latest est trop vague.
  • local – Cette méthode de mise à jour limite Podman à la recherche d’images de conteneurs qui existent déjà sur le système de fichiers de votre hôte. Le conteneur sera redémarré si la version locale de la balise d’image diffère de la version exécutée par le conteneur. Cela peut être utile lors de la reconstruction d’images pendant le développement.

La présence de l’étiquette rend cet exemple de conteneur NGINX éligible pour les mises à jour automatiques. Cependant, des travaux supplémentaires sont nécessaires avant que les mises à jour puissent réellement être appliquées.

Création d’un service Systemd

Le mécanisme de mise à jour de Podman nécessite que vos conteneurs s’exécutent dans les services systemd. Parce que Podman est sans démon, il manque un contrôleur central qui peut démarrer et arrêter vos conteneurs. Les encapsuler dans un service systemd fournit des capacités de gestion du cycle de vie et la possibilité de redémarrages en réponse à des événements spécifiques.

La CLI de Podman inclut une commande qui crée une définition d’unité systemd à partir d’un conteneur :

$ podman generate systemd --name nginx-container > /etc/systemd/system/nginx-container.service

Les commandes ci-dessus créent un nouveau conteneur NGINX avec un service systemd au bon emplacement.

Rechargez ensuite systemd pour enregistrer la définition de service, puis activez et démarrez le service :

$ systemctl daemon-reload
$ systemctl enable nginx-container.service
$ systemctl start nginx-container.service

Votre conteneur NGINX est maintenant un service systemd qui démarrera automatiquement au démarrage de votre hôte. Vous pouvez utiliser systemctl commandes pour démarrer et arrêter le conteneur, au lieu de la CLI de Podman :

$ systemctl start nginx-container.service
$ systemctl stop nginx-container.service

Pour supprimer le conteneur à l’avenir, vous devez arrêter, désactiver et supprimer le fichier d’unité du service. Redémarrez systemd ensuite pour appliquer pleinement la modification.

$ systemctl stop nginx-container.service
$ systemctl disable nginx-container.service
$ rm /etc/systemd/system/nginx-container.service
$ systemctl daemon-reload

Exécution lors de la mise à jour

Maintenant, tout est configuré pour réussir la mise à jour automatique de votre conteneur NGINX. Vous pouvez exécuter une vérification de mise à jour à la demande à l’aide de Podman’s auto-update commandes :

$ podman auto-update
Trying to pull docker.io/library/nginx:latest...
Getting image source signatures
...
UNIT                     CONTAINER      IMAGE                               POLICY      UPDATED
nginx-container.service  2de4ba96b09    docker.io/library/nginx:latest      registry    true

Cela met à jour les conteneurs dans les services systemd qui sont accessibles à l’utilisateur exécutant la commande. Vous avez peut-être eu besoin d’utiliser sudo suivre l’exemple ci-dessus; si c’est le cas, lancez le auto-update commande en tant que root aussi :

$ sudo podman auto-update

la registry La stratégie de mise à jour a été utilisée dans cet exemple afin que Podman se connecte au registre d’images, vérifie les modifications, puis extrait la nouvelle image, le cas échéant. La sortie de la commande indique si le conteneur de chaque service a été mis à jour.

Étant donné que les conteneurs sont gérés par systemd, Podman est capable de détecter si le nouveau conteneur a démarré avec succès. Podman reviendra automatiquement à la version précédente d’une image si un échec de mise à jour est détecté. Pour que cela fonctionne de manière fiable, l’application à l’intérieur du conteneur doit informer systemd lorsqu’elle a démarré avec succès. Il peut le faire en exécutant systemd-notify --ready.

Vérification des mises à jour

Parfois, vous devrez peut-être vérifier si votre flotte de conteneurs dispose de mises à jour disponibles sans les appliquer immédiatement. Utilisez le auto-update commande avec le --dry-run flag pour obtenir une liste des services où une image mise à jour a été publiée :

$ podman auto-update --dry-run
...
UNIT                     CONTAINER      IMAGE                               POLICY      UPDATED
nginx-container.service  2de4ba96b09    docker.io/library/nginx:latest      registry    pending

Services affichés comme pending avoir une mise à jour disponible.

Application des mises à jour selon un calendrier

Nous avons maintenant configuré avec succès les mises à jour de conteneurs à la demande. Vous n’avez pas besoin d’extraire manuellement de nouvelles images ou de redémarrer vos conteneurs. La dernière étape consiste à configurer un calendrier afin que Podman applique périodiquement les mises à jour, sans que vous exécutiez le auto-update commande.

La plupart des distributions Podman incluent une minuterie systemd à cet effet. Vous pouvez activer la minuterie en utilisant systemctl:

$ systemctl enable podman-auto-update.timer

La minuterie est configurée pour vérifier les mises à jour tous les jours. Vous pouvez personnaliser le programme en ouvrant le fichier de minuterie à l’aide de systemctl edit et modifier la valeur de OnCalendar des champs:

$ systemctl edit podman-auto-update.timer

[Timer]
OnCalendar=Fri *-*-* 18:00

L’expression de temps indiquée ci-dessus exécutera la vérification de la mise à jour tous les vendredis à 18h00. La syntaxe est documentée dans le manuel de systemd.

Maintenant que le minuteur est activé, vous pouvez commencer à déployer vos conteneurs avec le io.containers.autoupdate Étiquettes. Ils seront mis à jour et redémarrés périodiquement, automatisant vos procédures de maintenance.

Vous n’avez pas besoin d’utiliser le minuteur systemd de Podman pour créer un calendrier de mise à jour. Tu pourrais courir podman auto-update à l’intérieur de votre outillage existant ou d’un autre planificateur de tâches tel que cron.

Sommaire

Les mises à jour automatiques de Podman vous permettent de déplacer les conteneurs vers de nouvelles versions d’image sans les redémarrer manuellement ni utiliser d’outils externes. Cela peut vous aider à maintenir votre flotte de conteneurs à mesure que les images publient des correctifs de bogues et des correctifs de sécurité.

Bien que les mises à jour automatiques soient un outil utile, elles ne doivent pas être utilisées sans considération. Autoriser les mises à jour automatiques peut introduire ses propres problèmes si une image cassée est accidentellement publiée. Les conteneurs qui redémarrent d’eux-mêmes peuvent également entraîner des temps d’arrêt ou perturber les services dépendants.

Par conséquent, vous devez évaluer l’adéquation de votre propre application avant de mettre en œuvre cette solution. Une approche intermédiaire consiste à exécuter auto-update --dry-run périodiquement et envoyer les résultats à un service de surveillance. Cela vous tient informé des mises à jour disponibles sans encourir les risques de les appliquer sans approbation.

Grève de 8 jours pour frapper le plus grand port à conteneurs du Royaume-Uni – POLITICO
Grève de 8 jours pour frapper le plus grand port à conteneurs du Royaume-Uni – POLITICO

LONDRES – Les travailleurs de Felixstowe, le plus grand port à conteneurs de Grande-Bretagne, sont sur le point de faire grève pendant huit jours après avoir rejeté une augmentation de salaire de 7%.

Les membres du syndicat Unite ont annoncé vendredi qu’ils partiraient le 21 août, arguant que l’augmentation de salaire de 7% offerte par la Felixstowe Dock and Railway Company était “nettement inférieure” à l’inflation.

Felixstowe, dans l’est de l’Angleterre, gère environ 4 millions de conteneurs par an, soit près de la moitié du commerce de conteneurs du Royaume-Uni. Il bénéficie de sa proximité avec les ports européens du Havre en France et de Rotterdam aux Pays-Bas, entre autres.

“Les quais Felixstowe et sa société mère CK Hutchison Holding Ltd sont à la fois massivement rentables et incroyablement riches”, a déclaré la secrétaire générale de Unite, Sharon Graham. “Ils sont tout à fait en mesure de payer à la main-d’œuvre une journée de salaire équitable.”

Unite prédit que la grève causera d’énormes perturbations car bon nombre des travailleurs qui quittent sont des grutiers, des opérateurs de machines et des débardeurs.

De nouvelles discussions au service de conciliation Acas doivent avoir lieu lundi.

.

Les ports de New York et du New Jersey luttent contre un empilement de conteneurs maritimes
Les ports de New York et du New Jersey luttent contre un empilement de conteneurs maritimes

Le port de New York et du New Jersey a annoncé mardi de nouveaux tarifs liés aux conteneurs vides et au volume d’exportation dans sa bataille pour réduire la congestion des conteneurs. Les conteneurs chargés et vides qui sont considérés comme étant de longue durée seront soumis à des « frais de déséquilibre des conteneurs » trimestriels. Le tarif entrera en vigueur le 1er septembre, en attendant l’avis fédéral obligatoire de 30 jours.

Le port de New York et du New Jersey est le plus grand port de la côte Est et le troisième du pays. Les produits qui ont récemment passé les douanes en juillet vont des motos et robes BMW pour David’s Bridal hors de Chine, des pièces pour Plug Power, une cuisinière à gaz pour Tractor Supply et une “12 Days of Beauty Box” pour Target.

Mais tout comme d’autres ports, le port de New York et du New Jersey a traité des volumes record de conteneurs d’importation pendant la pandémie et a vu ces conteneurs d’importation attendre plus longtemps aux terminaux. Ces conteneurs ont encombré la capacité terrestre et ralenti la productivité des ports. En conséquence, davantage de navires attendent au mouillage.

En vertu du nouveau tarif, les transporteurs maritimes qui ne déplacent pas les conteneurs vides hors du port seront facturés 100 $ par conteneur. Les nouveaux niveaux d’exportation de conteneurs du port exigent que les volumes d’exportation soient égaux ou supérieurs à 110 % du volume de conteneurs entrants d’un transporteur maritime au cours de la même période. Si ce critère n’est pas atteint, le transporteur maritime se verra imposer des frais de 100 $ par conteneur pour ne pas avoir atteint ce critère. Les conteneurs chargés et vides sont inclus dans le décompte des conteneurs importés. Le volume ferroviaire est exclu.

Volume de fret record, conteneurs excédentaires

Les terres environnantes sont également utilisées par le port pour faire de la place pour les conteneurs excédentaires. Le port a créé un stockage temporaire pour les conteneurs vides et les conteneurs d’importation de longue durée sur un terrain de 12 acres dans le port de Newark et le terminal maritime Elizabeth-Port Authority. Le port est également en négociation et recherche des zones supplémentaires qui pourraient être utilisées pour l’espace de stockage.

“Alors que nous continuons à gérer un volume de fret record et à travailler avec nos locataires et les parties prenantes du port pour l’enlèvement des conteneurs vides en temps opportun, nous appelons tous les acteurs de l’industrie à trouver des solutions durables et à long terme à un problème à l’échelle de l’industrie affectant de nombreux Ports américains », a déclaré le président de l’autorité portuaire, Kevin O’Toole.

La diminution de la productivité se traduit par l’augmentation du temps de trajet des navires. Les temps d’ancrage accrus peuvent être suivis dans le temps de transit des navires de la Chine au port de New York et du New Jersey.

“Le port de New York et du New Jersey fait face à des volumes d’importation record, ce qui entraîne une accumulation de conteneurs vides dans et autour du complexe portuaire, ce qui affecte désormais la chaîne d’approvisionnement régionale qui est déjà sous pression de diverses sources à travers le pays”, a déclaré Bethann Rooney. , directeur du département portuaire de l’autorité portuaire de New York et du New Jersey. “Nous encourageons vivement les transporteurs maritimes à intensifier leurs efforts pour évacuer les conteneurs vides plus rapidement et à des volumes plus élevés afin de libérer la capacité indispensable pour les importations à l’arrivée afin de maintenir le commerce dans le port et la région.”

Marchandises européennes et tensions portuaires allemandes

Les ports de la côte est comme New York reçoivent beaucoup de marchandises d’Europe, où le commerce a été gravement touché par les conflits de travail en cours dans les ports et les chemins de fer. Les exportations à destination des États-Unis ont au moins deux mois de retard.

Parmi les milliers de conteneurs qui ont été importés dans le port de New York et du New Jersey au mois de juillet, selon un examen des données douanières à l’aide d’ImportGenius, il y avait du vin d’Espagne, des pâtes, du Prosecco et des costumes Giorgio Armani d’Italie, et meubles de France.

Planet, un nouveau contributeur à la carte thermique de la chaîne d’approvisionnement CNBC, a pris des photos pour montrer l’impact des grèves ferroviaires qui ont laissé un écrasement de conteneurs dans les terminaux ferroviaires de Hambourg. En raison de la couverture nuageuse importante en juillet, les comparaisons se font entre le 15 mai 2022 et le 11 juin 2022. L’accumulation de conteneurs est clairement visible. Avec la poursuite des conflits de travail, le nombre de conteneurs a augmenté, selon les experts en logistique, ce qui ralentit les échanges.

Comparaison des terminaux ferroviaires de Hambourg

planète

« La situation ferroviaire dans les ports d’Allemagne, en particulier à Hambourg, reste tendue et la congestion augmente », a déclaré Andreas Braun, directeur des produits océaniques pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique chez Crane Worldwide Logistics.

Les opérateurs ferroviaires manquent constamment leurs fenêtres normales de livraison et de ramassage, et ne peuvent toujours pas livrer les conteneurs chargés au terminal plus de sept jours avant le chargement. En raison de l’horaire estival des passagers, les opérateurs de trains de conteneurs doivent céder le passage à l’augmentation du nombre de trains de passagers, ce qui contribue également aux retards.

“Au moins une semaine de retard est maintenant normale, mais cela peut aller jusqu’à deux semaines et la menace constante de manquer le navire”, a déclaré Braun.

La chaîne d’approvisionnement CNBC Heat Munp les fournisseurs de données sont la société d’intelligence artificielle et d’analyse prédictive Everstream Analytics ; la plateforme mondiale de réservation de fret Freightos, créateur du Freightos Baltic Dry Index ; le prestataire logistique OL USA ; la plate-forme d’intelligence de la chaîne d’approvisionnement FreightWaves ; la plate-forme de chaîne d’approvisionnement Blume Global ; le prestataire logistique tiers Orient Star Group ; la société d’analyse marine MarineTraffic ; la société de données de visibilité maritime Project44 ; la société de données de transport maritime MDS Transmodal UK ; Plateforme d’analyse comparative et d’analyse du marché des taux de fret maritime et aérien Xeneta ; principal fournisseur de recherche et d’analyse Sea-Intelligence ApS ; logistique mondiale de grue ; et aérien, DHL Global Forwarding ; le fournisseur de logistique de fret Seko Logistics ; et des planètes, fournisseur d’images satellites quotidiennes et de solutions géospatiales mondiales.

.