La multitude de contre-mesures de la Chine sont des réponses nécessaires, opportunes et résolues à une provocation grave

Cao Zhongming, ambassadeur de la République populaire de Chine en Belgique, réagit à la visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis Nancy Pelosi.

« Au mépris des normes fondamentales des relations internationales de respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de tous les pays et au mépris de l’intérêt général des relations sino-américaines, la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, s’est rendue en douce dans la région chinoise de Taïwan. Devant le monde entier, la présidente Pelosi a lancé un coup politique qui viole gravement le principe d’une seule Chine, porte gravement atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Chine et porte gravement atteinte à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan. Cette provocation politique flagrante prouve une autre faillite de la crédibilité des États-Unis et enlève le déguisement des doubles standards américains sur les règles internationales.

Cet incident est orchestré et provoqué à lui seul par les États-Unis. Les causes, les conséquences et le bien-fondé de l’incident ne pourraient être plus clairs. Ce sont les États-Unis qui ont fait la provocation en premier lieu, alors que la Chine a été contrainte de prendre des mesures légitimes de légitime défense. Les exercices militaires chinois dans les eaux au large de l’île chinoise de Taïwan sont nécessaires et légitimes à la fois en réponse à la provocation majeure de la partie américaine et aux forces séparatistes de « l’indépendance de Taïwan » et en tant qu’étape pour défendre fermement la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine.

La multitude de mesures que la Chine prend et prendra sont des contre-mesures nécessaires qui sont de nature défensive et qui ont fait l’objet d’un examen sérieux et d’une évaluation minutieuse. Elles visent à protéger la souveraineté et la sécurité nationales et sont conformes au droit international et aux lois nationales. Ils sont un avertissement aux provocateurs et contribuent à la stabilité dans la région et à la paix à travers le détroit de Taiwan.

La Chine a fait tout ce qui était diplomatiquement possible et a émis de sérieux avertissements pour éviter cette crise qui lui est imposée. Cependant, les États-Unis ont continué sur la mauvaise voie et ont agi de manière arbitraire. Toutes les conséquences qui en découlent doivent être supportées par la partie américaine et les forces séparatistes de « l’indépendance de Taiwan ». La veille, le G7 avait publié une déclaration du ministre des Affaires étrangères sur Taïwan, accusant la Chine de “monter les tensions”. Ce n’est rien d’autre que rejeter la faute et confondre le bien et le mal. Une déclaration de position aussi irresponsable sous-estime la perspicacité des gens du monde entier, et protège et complice du « fauteur de troubles ».

Les tenants et les aboutissants historiques de la question de Taiwan sont limpides, tout comme le fait et le statu quo que les deux rives du détroit de Taiwan appartiennent à une seule et même Chine. La visite de la présidente Pelosi ne changera pas la réalité historique et juridique selon laquelle Taïwan appartient à la Chine, n’arrêtera pas la tendance historique de la réunification de la Chine et ne changera pas le fait que 181 pays dans le monde reconnaissent et soutiennent le principe d’une seule Chine. Quiconque suit la situation de l’autre côté du détroit de Taiwan doit très bien savoir que pour maintenir la paix dans la région et à travers le détroit de Taiwan, le principe d’une seule Chine est la première chose à respecter.

Si l’on doit encore se demander pourquoi la Chine a mené ces importants exercices militaires, alors s’il vous plaît, allez demander à la présidente Pelosi.

Publicité

Partagez cet article: