Les chutes de pierres et les crevasses béantes mettent le Mont Blanc hors de portée pour beaucoup

ENVIRONNEMENT

Dans une année marquée par la sécheresse et la canicule, les chutes de pierres et les crevasses béantes ont rendu l’accès au sommet du Mont Blanc encore plus difficile et périlleux, au grand dam des alpinistes amateurs.

Publié: 1 août 2022 14:31 CEST

Le Mont Blanc peut être vu en arrière-plan, alors qu’un athlète termine un marathon à Chamonix, dans le sud-est de la France (Photo par OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP)

Officiellement, aucune des sept voies menant au sommet, à 4.807 mètres, n’est fermée, mais les conditions d’accès fin juillet se sont tellement détériorées que seuls les grimpeurs les plus expérimentés sont capables d’effectuer l’ascension, selon les experts.

Le manque de neige pendant l’hiver a mis à nu de vastes étendues de glaciers grisâtres — jaunâtres où s’accumulent les poussières de sable du Sahara — déchirées par des fractures.

La chaleur a fait le reste, provoquant la fonte des fragiles ponts de neige qui permettent de franchir les crevasses ainsi que des glissements de terrain.

Dans la ville de Chamonix, dans le sud-est de la France, au pied du “Géant Blanc”, la saison bat son plein avec des milliers de touristes affluant en téléphérique jusqu’au sommet de l’Aiguille du Midi, à 3 842 mètres, le plus proche possible. au sommet du Mont Blanc sans randonnée ni escalade.

Conditions “horribles”

Mais dans la petite grotte creusée dans la glace qui sert de vestiaire et de point de départ aux alpinistes pour de nombreuses courses de montagne, il y a moins de monde que jamais qui chausse les crampons en ce moment.

L’Ecossais Evan Warden et son fils de 14 ans, David, ont déclaré avoir été choqués de découvrir les conditions “horribles”.

“Partout où nous marchions, il y avait des chutes de pierres constantes et les crevasses s’ouvraient constamment. (Nous étions) assez inquiets”, a déclaré David, 14 ans, lors de sa première visite dans les Alpes.

« MB est trop risqué… c’était notre plan, oui, mais je n’ai pas vu autant d’éboulement ici depuis longtemps. C’est définitivement le réchauffement climatique », a déclaré Evan, ajoutant que la paire avait espéré faire la route des « Trois Monts » (trois sommets).

Les Norvégiens Monica et Marten Antheun espéraient également essayer le célèbre sommet après trois ans d’attente.

Ils avaient réservé un voyage, mais il a été annulé.

« Je pense que les guides connaissent la région et les conditions. C’est bon pour nous, nous pouvons le faire plus tard », a déclaré Monica.

La société de guides, Les Compagnies des guides de Chamonix et de Saint-Gervais, a annoncé mi-juillet la suspension temporaire des ascensions du Mont Blanc par la voie “normale” du Gouter en raison d’éboulement dans le couloir du Gouter, également appelé “gouter de la mort”. .

L’accès reste ouvert uniquement aux guides indépendants.

Les récentes températures très élevées ont déstabilisé la montagne, raconte Noe Verite, gardienne du refuge des Cosmiques, situé sur la route des Trois Monts.

“Nous voyons les conditions se détériorer de jour en jour”, a-t-il déclaré.

“Comme des frigos”

Pour lui, juillet est généralement le pic de la saison, mais les annulations s’accumulent.

L’itinéraire habituel est affecté par la chute de gros rochers “comme des réfrigérateurs”, a déclaré Verite.

Actuellement, seuls entre une douzaine et 20 alpinistes expérimentés sont capables d’atteindre le sommet du Mont Blanc chaque jour contre 100 à 120 habituellement, explique Olivier Grebert, président de la Compagnie des guides de Chamonix.

Les courses annulées sont reportées, remboursées ou redirigées vers d’autres parcours et la firme en profite pour faire un peu d’éducation auprès de ceux qui, par exemple, veulent gravir le sommet “pour leurs 40 ans”.

“Cette ascension doit faire partie d’une carrière d’alpiniste”, explique Grebert : “Le Mont Blanc a parfois la réputation d’être une ascension facile mais ce n’est pas le cas, cette année encore plus.”