Union de la santé: la Commission signe un contrat d'achat conjoint avec HIPRA pour des vaccins contre la COVID-19
Union de la santé: la Commission signe un contrat d’achat conjoint avec HIPRA pour des vaccins contre la COVID-19

HERA, l’autorité de préparation et de réaction sanitaire de la Commission européenne, a signé un contrat-cadre d’approvisionnement conjoint avec la société HIPRA HUMAN HEALTH pour la fourniture de leur vaccin protéique COVID-19. 14 États membres et pays participent à cet achat conjoint, dans le cadre duquel ils peuvent acheter jusqu’à 250 millions de doses. Le nombre de cas repartant à la hausse en Europe, cet accord rendra le vaccin HIPRA rapidement disponible pour les pays participants, dès que ce vaccin aura reçu une évaluation positive par l’Agence européenne du médicament.

La commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides, a déclaré: «Avec l’augmentation des infections au COVID-19 en Europe, nous devons garantir une préparation maximale à l’approche des mois d’automne et d’hiver. Le vaccin HIPRA ajoute une autre option pour compléter notre vaste portefeuille de vaccins pour nos États membres et nos citoyens. Une augmentation de la vaccination et des rappels est indispensable au cours des prochains mois. Nous travaillons sans relâche pour nous assurer que des vaccins sont disponibles pour tous. C’est notre Union européenne de la santé en action – se préparer à l’avance et être prêt à agir.”

Le contrat d’approvisionnement conjoint avec HIPRA complète un portefeuille déjà large de vaccins garanti par la stratégie de l’UE en matière de vaccins, y compris les contrats déjà signés avec AstraZeneca, Sanofi-GSK, Janssen Pharmaceutica NV, BioNtech-Pfizer, Moderna, Novavax autre Valneva. Quelque 4,2 milliards de doses ont été sécurisées dans le cadre de la stratégie de l’UE en matière de vaccins. Ce portefeuille de vaccins diversifié garantira que l’Europe continue d’être bien préparée pour la vaccination contre le COVID-19, en utilisant des vaccins dont l’innocuité et l’efficacité ont été prouvées. Les pays participants pourraient décider de faire don des vaccins aux pays à revenu faible et intermédiaire ou de les rediriger vers d’autres pays européens.

Le vaccin bivalent à protéine recombinante HIPRA, qui fait actuellement l’objet d’un examen continu par l’Agence européenne des médicaments, est en cours de développement en tant que dose de rappel chez les personnes précédemment immunisées âgées de 16 ans et plus. Le vaccin HIPRA est stocké à température réfrigérée entre 2 et 8°C, facilitant le stockage et la distribution en Europe et dans le monde.

Prochaines étapes

Le vaccin COVID-19 d’HIPRA fait actuellement l’objet d’un examen continu par l’Agence européenne des médicaments (EMA). Si le vaccin reçoit une autorisation de mise sur le marché, les pays participants pourront acheter le vaccin via le contrat-cadre en place.

Arrière plan

Publicité

HÉRA est un pilier essentiel de la Union européenne de la santé et un atout fondamental pour renforcer la réaction et la préparation de l’UE aux urgences sanitaires. HERA a été créée en septembre 2021 pour remplacer les solutions ad hoc de gestion et de réponse à la pandémie par une structure permanente dotée d’outils et de ressources adéquats pour planifier l’action de l’UE en cas d’urgence sanitaire.

L’accord d’achat conjoint de l’UE propose aux 36 pays participants de se procurer conjointement des contre-mesures médicales en tant qu’alternative ou complément à l’approvisionnement au niveau national. Des contrats-cadres pour la thérapeutique COVID-19 ont déjà été conclus avec Hoffmann-La Roche et GlaxoSmithKline Ltd pour l’achat d’anticorps monoclonaux, ainsi qu’avec Gilead pour l’achat d’un antiviral. HERA continue de travailler en étroite collaboration avec les pays participants pour identifier et mettre en œuvre les priorités des achats conjoints.

Plus d’information

Actions de la Commission européenne pour garantir un approvisionnement suffisant en contre-mesures médicales pour soutenir la réponse à la COVID-19

Des vaccins COVID-19 sûrs pour les Européens

Site Internet de l’HERA

Santé humaine HIPRA

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles des EU Reporters.

Le parlement français votera sur le paquet pouvoir d'achat
Le parlement français votera sur le paquet pouvoir d’achat

SAULIEU, France — Les législateurs français devraient approuver mercredi un ensemble de mesures de 20 milliards d’euros (20,3 milliards de dollars) destiné à aider les ménages en difficulté à faire face à la hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires.

Le vote intervient après un débat houleux à l’Assemblée nationale, où le président Emmanuel Macron n’a plus la majorité.

Le projet de loi était une promesse clé de Macron, qui a été réélu pour un second mandat en avril. C’était aussi un test crucial de la capacité du gouvernement à gouverner – et de la capacité des forces de l’opposition à peser sur le processus législatif.

L’alliance centriste de Macron a remporté le plus de sièges à l’Assemblée nationale lors des élections de juin, mais a perdu sa majorité absolue en tant que coalition de gauche et l’extrême droite a fait de gros gains, devenant de puissantes forces d’opposition.

Le gouvernement a proposé de faire des compromis au cas par cas avec d’autres forces politiques pour éviter l’impasse législative.

Le soi-disant “projet de loi d’urgence sur le pouvoir d’achat” devrait être définitivement approuvé mercredi après que l’Assemblée nationale et le Sénat aient trouvé un accord sur le texte en début de semaine.

Une version antérieure du projet de loi était soutenue par des membres de l’alliance de Macron, du parti conservateur Les Républicains et du Rassemblement national d’extrême droite.

Il a été débattu au parlement parallèlement à une version mise à jour de la loi de finances, qui doit être votée plus tard cette semaine.

La coalition de gauche Nupes – la plus grande force d’opposition, composée de l’extrême gauche, des communistes, des socialistes et des Verts – a critiqué les mesures comme n’allant pas assez loin. Ses membres sont censés voter contre ou s’abstenir.

Des discussions animées à l’Assemblée nationale ont conduit le débat à s’étendre aux soirées et aux week-ends, les législateurs de l’alliance de Macron devant parfois se précipiter dans la chambre pour empêcher l’adoption des amendements de l’opposition.

“Votre pouvoir d’achat est notre priorité. Pour vous protéger de l’inflation, nous avons maintenu le plafond des prix du gaz et de l’électricité et fixé un plafond tarifaire pour limiter la hausse des loyers à 3,5%”, a tweeté le porte-parole du gouvernement français Olivier Veran.

Le projet de loi comprend également une augmentation de 4 % des pensions et de certaines prestations sociales.

Concernant le carburant, une remise actuellement financée par l’État de 18 centimes le litre sera portée à 30 centimes en septembre et octobre.

Les entreprises privées qui réalisent des bénéfices sont également encouragées à offrir à leurs employés une prime annuelle non imposable pouvant aller jusqu’à 6 000 euros, conformément à une promesse de campagne de Macron.

.